L’Aïkido

L’Aïkido

Qu’est-ce que l’Aïkido

« La voie du Guerrier est basée sur l’humanité, l’amour et la sincérité, le cœur de la valeur martiale est la vraie bravoure, la sagesse, l’amour et l’amitié. Insister sur les aspects physiques de l’état du guerrier n’est que futilité, car le pouvoir du corps est toujours limité. »


Morihei Ueshiba

L’aïkido est un art martial japonais fondé par Morihei Ueshiba.

Il est accessible à tous quelque soit son âge, sexe ou condition physique et se pratique sans violence.

Il est né des techniques de combat des guerriers japonais, les bujutsu. Mais, l’aïkido est avant tout un budō.

Une signification littérale du mot budō est  » La voie pour arrêter la lance ». La syllabe bu signifie le combat et l’objectif d’un bujutsu est de gagner le combat.

En revanche, un budō porte à une autre dimension, et la pratique devient un chemin de vie.

Ce chemin aide au développement harmonieux de la personne :

  • Respect de soi et des autres
  • Souplesse de corps et d’esprit
  • Courage et honnêteté
  • Plus de sérénité
  • Meilleure maîtrise de soi
  • Auto-défense
  • Meilleure connaissance de soi
  • et bien d’autres choses encore…

L’enseignement « traditionnel

Un enseignement traditionnel tel qu’il est pratiqué à Selles-sur-Cher ou dans le cadre de notre école l’ EPA ne fait pas référence à un folklore japonais.

Cette pratique de l’Aïkido Traditionnel se fait dans certaines conditions, certains lieux et en respectant certains principes. Et c’est le respect de cet ensemble de valeurs qui permet à chaque pratiquant d’étudier et de progresser dans cette voie qu’il a choisie auprès du maître qu’il s’est choisi.

Quelques principes de l’Aïkido Traditionnel

  • >Un lieu : Le dojo traditionnel
  • >Un principe : Un maître – Un dojo

Littéralement, dojo signifie « lieu où l’on étudie la voie ».

Le dojo traditionnel ne doit pas être vu comme une salle de sport dans laquelle le pratiquant vient faire une activité physique, prend sa douche et ressort jusqu’au prochain cours.

Le dojo traditionnel, tel qu’il est perçu dans notre école l’EPA, est associé à un professeur.

Un professeur crée son dojo, en ayant l’autorisation préalable de son propre professeur. Dans ce dojo, il accepte ses élèves et leur dispense son enseignement.

Dans ce dojo, à travers le cadre, l’étiquette, les élèves progressent dans leur perception de l’Aïkido. À travers son enseignement, le maître ( c’est à dire le professeur ), en mettant les élèves en condition d’apprentissage, progresse lui-aussi dans son propre Aïkido.

Le dojo symbolise le champ de bataille. Chaque chose, chaque personne doit donc être située à sa juste place. Lors du salut, les élèves sont installés dans l’ordre de leur ancienneté, les plus anciens en face à gauche du professeur et les débutants tout à fait à droite.

Les armes doivent être sorties, prêtes à être utilisées.

Chaque élève a un rôle à jouer. À charge des plus anciens de s’occuper des débutants, de leur expliquer le fonctionnement du dojo, du cours, comment s’habiller ou se comporter sur un tatami.

Tel élève balaie le tatami avant le cours, tel autre sort les armes et les installe correctement, le tout, avec l’aide d’un plus ancien ( un sempai ).

Un élève d’Aïkido Traditionnel n’est pas un consommateur d’Aïkido.

Pratiquer le budō qu’est l’Aïkido demande une implication dans le fonctionnement du dojo. Cet investissement permettra à chacun de mettre en pratique et de compléter ce qu’il apprend sur le tatami.

Lorsque le professeur décide qu’un élève a acquis suffisamment d’expérience, il peut alors lui confier une tâche dans la gestion du dojo : la comptabilité, le secrétariat … L’élève devient alors un uchi-deshi.

Avec la réalisation de cette tâche, il travaille en vue d’acquérir davantage d’autonomie, avec toujours comme objectif de mettre en pratique dans la vie extérieure ce qui est enseigné sur le tatami.

Il pourra peut-être alors compléter son apprentissage en devenant à son tour professeur et ouvrir son propre dojo

La relation Sempai-Kōhai

Lorsqu’un élève entre dans un dojo, il devient le kōhai d’un élève plus ancien qui devient alors son sempai.

Un pratiquant d’Aïkido traditionnel est donc toujours, quelque soit son ancienneté et son expérience, le kōhai d’un autre et le sempai d’un élève qui est plus débutant que lui.

Le rôle de sempai est un rôle important. On perçoit ceci à travers la double signification du verbe « apprendre ». Apprendre, c’est donner un enseignement mais aussi recevoir un enseignement.

En transmettant ses connaissances à son kōhai, en lui expliquant le fonctionnement du dojo, en le conseillant sur telle ou telle technique, ou telle attitude, le sempai consolide ses connaissances et progresse dans son Aïkido.

Enseigner permet de réfléchir sur sa pratique, de faire le point sur son Aïkido, sur son évolution, et permet d’aller plus loin. Cette transmission se fait en toute humilité car on apprend toujours d’un plus débutant.

De plus, cette transmission se faisant dans le dojo du professeur, elle doit être la plus fidèle possible à son enseignement. Un élève ne peut donc prendre le prétexte de son ancienneté ou de son expérience pour s’auto-proclamer professeur et donner des conseils en contradiction avec l’enseignant.

Au plaisir de vous rencontrer prochainement sur le tatami…

Crédits Photos : Selles Dojo Aikido et Marianne Lartigue